jeudi 16 mars 2017

A bras-le-corps 16 mars - 2 avril 2017

A bras-le-corps
Musique - Niccolò Paganini (Caprice n°1, 10 et 16)
Chorégraphie - Dimitri Chamblas & Boris Charmatz
Lumières - Yves Godin
Musique enregistrée
Entrée au répertoire du Ballet national de l'Opéra de Paris
Danseurs - Stéphane Bullion & Karl Paquette (les 16, 22, 25, 28, 30 mars et 2 avril 2017), Dimitri Chamblas & Boris Charmatz (le 18 mars 2017)

Karl Paquette - Stéphane Bullion


Difficile d’imaginer à l’avance quelle tournure allait prendre le duo contemporain improbable entre Karl Paquette, le prince solaire et Stéphane Bullion, le bad boy ténébreux. A Bras-le-corps, pièce de jeunesse cousue main sur et par deux uniques  interprètes, Dimitri Chamblas et Boris Karmatz depuis sa création sortait à nue de vingt années d’autarcie dans la rotonde du glacier de l’opéra Garnier.
Huis clos dans quelques mètres carrés entourés de spectateurs avides, anxieux, songeurs, la pièce joue de symétrie/asymétrie, puissance aérienne et vitesse au sol, apesanteur et pesanteur, une élégie du corps. Lutte contre l‘attraction du sol sous forme de sauts salvateurs ou de plongeons suicides. Le sol, ami et ennemi. Ici, utilisé sous toutes ses formes et au centre de l’œuvre, attirant, répulsif, on glisse, on s’appuie, on s’élève, ensemble ou séparément. Le danseur y est face à son outil, le corps et son énergie.

La chorégraphie est résolument contemporaine dans sa forme et sa scénographie mais pas tout à fait dans le fond. Les deux Etoiles du ballet de l’Opéra de Paris déploient leur maîtrise technique, dans les tours en l’air comme dans les arabesques, dans les portés spectaculaires, tour à tour ou en simultané, où la puissance et la virilité sont de mise. Ils maîtrisent la physicalité de l’œuvre et utilisent également leur talent interprétatif, incarnent des rapports violents ou de confiance, des moments d’humour mystérieux, des regards, des bruits de souffle, tout se place parfaitement dans la monté en tension de la pièce, jusqu’au combat final, les deux hommes corps contre corps, comme au judo, cherchent à stabiliser leurs prises, se tendent pour ne rien céder dans une lutte angoissante. 

Stéphane Bullion et Karl Paquette


Stéphane Bullion et Karl Paquette sont constamment en rapport visuel, s’observent, s’unissent ou se séparent, d’un commun accord ou violemment. Les enchaînements sont superbement réalisés par l’attitude des danseurs qui transmettent différentes atmosphères, l’angoisse, la sérénité, la confiance, le doute, l’ironie, la peur. Car la pièce livre 40 minutes de rapports humains, pas forcément harmonieux mais pas systématiquement violents.
Stéphane Bullion, le regard noir, est énergique et puissant. Karl Paquette est plus aérien. Il pourrait être le rêveur du duo mais tout d’un coup, les rôles semblent s’égaliser et la tension monte, il se jette sur le sol en criant, dans un manège aussi original que celui impressionnant de Stéphane Bullion, incisif dans une course tourbillonnante aux quatre coins de la scène. Stéphane Bullion qui sifflote indifférent. Sans en avoir l’air, il domine la scène d’un regard acéré que nul spectateur n’a envie de croiser.

Stéphane Bullion et Karl Paquette
Cette œuvre atypique est pourtant une des rares entrées intéressantes au répertoire du ballet de l’Opéra de Paris de la mandature de Benjamin Millepied.

jeudi 9 mars 2017

Le Songe d’une nuit d’été 9-29 mars 2017


Le Songe d’une nuit d’été
Ballet en deux actes d’après William Shakespeare
Musique - Felix Mendelssohn-Bartholdy
(Ein Sommernachtstraum (Opus 21, 1826 : Ouverture; Opus 61, 1843 : musique de scène), Athalie (Opus 74, 1845 : Ouverture); Die schöne Melusine (Opus 32, 1853), Die erste Walpurgisnacht (Opus 60, 1 832), Sinfonia n° 9 pour cordes (1825), Die Heimkehr aus der Frernde (Opus 89, 1829; Ouverture))
Chorégraphie - George Balanchine (1962) réglée par Sandra Jennings
Décors - Christian Lacroix assisté de Camille Dugas
Costumes - Christian Lacroix d'après les maquettes originales de Barbara Karinska
Lumières- Jennifer Tipton
La représentation du Songe d'une nuit d'été est donnée avec l'accord du Georges Balanchine Trust, conformément aux normes d'exécution relevant du style Balanchine et de la technique Balanchine, établies et fournies par le Balanchine Trust.

Eleonora Abbagnato - Stéphane Bullion
Orchestre et Choeurs de l'Opéra national de Paris
Direction musicale - Simon Hewett
Chef des Choeurs - José Luis Basso
Solistes - Anne-Sophie Ducret, Pranvera Lehnert
Avec la participation des élèves de l'École de danse
Ballet créé le 17 janvier 1962 par le New York City Ballet au City Center de New York
Entrée au répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris



Distribution de la Première, 9 mars 2017
Titania - Eleonora Abbagnato
Obéron - Paul Marque
Puck - Hugo Vigliotti
Hermia - Laëtitia Pujol
Lysandre - Alessio Carbone
Héléna - Fanny Gorse
Démétrius – Audric Bézard
Hyppolite - Alice Renavand
Thésée -  Florian Magnenet
Bottom - Francesco Vantaggio
Cavalier de Titania - Stéphane Bullion
Papillon - Muriel Zusperreguy
Divertissement - Sae Eun Park, Karl Paquette

Sandra Jennings - Christian Lacroix - Jennifer Tipton


vendredi 3 mars 2017

Hugo Marchand étoile

Photo : Kiyonori Hasegawa (NBS)

lundi 6 février 2017

Tree of codes 6-23 février 2017

Tree of Codes

Musique - Jamie xx
Chorégraphie - Wayne McGregor d'après Jonathan Safran Foer
Mise en scène - Wayne McGregor
Scénographie - Olafur Eliasson
Lumières - Rob Halliday
Son - Nick Sagar

Danseurs 
Ballet de l'Opéra : Marie-Agnès Gillot, Lydie Vareilhes, Lucie Fenwick, Jérémie Bélingard, Sébastien Bertaud, Julien Meyzindi
Studio Wayne McGregor : Catarina Carvalho, Travis Clausen-Knight, Alvaro Dule, Louis McMiller, Daniela Neugebauer, James Pett, Fukiko Takase, Po-Lin Tung, Jessica Wright


samedi 31 décembre 2016

Léonore Baulac étoile

photo :  Svetlana Loboff (ONP)

mercredi 7 décembre 2016

Le lac des cygnes 7-31 décembre 2016




Ballet en quatre actes
Sujet de Vladimir Begichev et Vassili Geltser
Musique - Piotr Ilyitch Tchaikovski
Chorégraphie et mise en scène - Rudolf Noureev d'après Marius Petipa et Lev Ivanov
Décors - Ezio Frigerio
Coostumes - Franca Squarciapino
Lumières - Vinicio Cheli

Orchestre de l'Opéra national de Paris
Direction musicale - Vello Pähn
Production créée pour le ballet de l'Opéra national de Paris le 20 décembre 1984

Argument du ballet dans l'entrée du 29 novembre 2010



Distribution de la Première 7 décembre 2016
Siegfried - Mathias Heymann
Odette/Odile - Myriam Ould-Braham
Rothbart - Karl Paquette

mardi 29 novembre 2016

Jiří Kylián 29 novembre - 31 décembre 2016


BELLA FIGURA
Musique -Lukas Foss, Gian Battista Pergolese, Alessandro Marcello, Antonio Vivaldi, Giuseppe Torelli
Lento, extrait de Salomon Rossi Suite de Lukas Foss
Grave, extrait du Stabat Mater de Gian Battista Pergolese
Andante, extrait de Salomon Rossi Suite de Lukas Foss
Adagio, extrait du Concerto pour hautbois et cordes en ré mineur d`Alessandro Marcello
Andante, extrait du Concerto pour deux mandolines et cordes d’Antonio Vivaldi
Grave, extrait du Concerto grosso op. 8 n° 6 de Giuseppe Torelli
Lento, extrait de Salomon Rossi Suite de Lukas Foss
Extrait du Stabat Mater de Gian Battista Pergolese
Chorégraphie et décors - Jiří Kylián (I 995)
Costumes - Joke Visser
Lumières - Jiří Kylián, Tom Bevoort adaptées par Kees Tjebbes
Entrée au répertoire du Ballet de l'Opéra le 23 mars 2001.
Durée : 25 mn

Distribution de la Première 29 novembre 2016
Eleonora Abbagnato, Dorothée Gilbert, Laëtitia Pujol, Alice Renavand, Christelle Granier
Alessio Carbone, Sébastien Bertaud, Alexis Renaud, Yvon Demol

Laëtitia Pujol - Bella Figura


TAR AND FEATHERS
Musique Wolfgang Amadeus Mozart (Concerto pour piano n° 9), Dirk Haubrich (Composition additionnelle)
Tomoko Mukaiyama (Improvisations live)
Chorégraphie et décors - Jiří Kylián (2006)
Costumes - Joke Visser
Lumières - Kees Tjebbes
Piano - Tomoko Mukaiyama
Entrée au répertoire
Durée : 25 mn

Distribution de la Première 29 novembre 2016
Dorothée Gilbert, Aurélia Bellet, Lydie Vareilhes
Josua Hoffalt, Yvon Demol, Antonio Conforti

Aurélia Bellet et  Yvon Demol - Tar and feathers


SYMPHONIE DE PSAUMES
Musique - Igor Stravinsky (Symphonie de psaurnes, 1930)
Chorégraphie - Jiří Kylián (1978)
Décors - William Katz
Costumes - Joop Stokvis
Lumières - Jiří Kylián, Joop Caboort adaptées par Kees Tjebbes
Entrée au répertoire 
Durée : 25 mn

Distribution de la Première 29 novembre 2016
Eleonora Abbagnato, Marie-Agnès Gillot, Muriel Zusperreguy, Caroline Bance, Marion Barbeau, Christelle Granier, Charlotte Ranson, Marion Gautier de Charnacé
Stéphane Bullion, Josua Hoffalt, Hugo Marchand, Marc Moreau, Alexis Renaud, Daniel Stokes, Pablo Legasa, Antonin Monié

Stéphane Bullion et Muriel Zusperreguy - Symphonie de psaumes

samedi 22 octobre 2016

George Balanchine 22 octobre-15 novembre 2016


Mozartiana
Musique - Piotr llyitch Tchaikovski (suite n" 4 en sol majeur. Op. 61)
Chorégraphie - George Balanchine (1981) réglée par Maria Calegari
Costumes - Rouben Ter-Arutunian transmis par Holly Hynes
Lumieres  - Mark Stanley
Entrée au répertoire
Durée : 25 mn
Laura Hecquet et Josua Hoffalt (Mozartiana)


Projection d'un film en hommage à Violette Verdy : 5 mn

Sonatine  
les 22, 25, 26, 27 et 28 octobre 2016
Musique - Maurice Ravel (Sonatine pour piano en fa majeur)
Chorégraphie - George Balanchine (1975) réglée par Bart Cook
Lumières -  Mark Stanley
Piano - Elena Bonnay
Ballet entré au répertoire du Ballet de l`Opéra national de Paris le 12 décembre 1975.
Durée : 15 mn


Stéphane Bullion et Laëtitia Pujol (Brahms-Schönberg Quartet Intermezzo)

Brahms-Schönberg Quartet
Musique - Johannes Brahms (Quatuor pour piano et cordes en sol mineur, op. 25) orchestrée par Arnold Schönberg
Chorégraphie - George Balanchine (1966)
Décors et costumes - Karl Lagerfeld
Lumières - Mark Stanley
Ballet entré au répertoire du Ballet de l`Opéra national de Paris le 2 juillet 2016.
Durée : 50 mn

Amandine Albisson - Stéphane Bullion (Violin Concerto Aria I)

Violin Concerto
Musique - Igor Stravinsky (Concerto pour violon et orchestre en ré majeur)
Chorégraphie - George Balanchine (1972) réglée par Bart Cook
Lumières -  Mark Stanley
Violon -  Frédéric Laroque
Ballet entré au répertoire du Ballet de l`Opéra national de Paris le 2 juin 1984.
Durée : 50 mn

Violin Concerto final

lundi 26 septembre 2016

Sehgal/Peck/Forsythe/Pite


Sehgal/Peck/Forsythe/Pite

Quatre oeuvres
Chorégraphie - Tino Sehgal
Grand vestibule : This is so contemporary (2004)
Grand foyer, la rotonde de lalune, la rotonde du soleil : Yet untitled (2013)
Salon du glacier : Kiss (2003)
Galerie du glacier : Instead of allowing something to rise up to your face dancing bruce and dan and other things (2000)

Défilé du ballet (les 24 et 26 septembre)
Musique - Hector Berlioz extrait de la Marche des Troyens (1863)
Direction musicale - Maxime Tholance
Orchestre de l'Opéra national de Paris

In Creases

In Creases
Musique - Philip Glass (Four Movements for two pianos, premier et troisième mouvements)
Chorégraphie - Justin Peck (2012)
Costumes - Justin Peck
Lumières - Mark Stanley
Piano - Elena Bonnay et Vessela Pelovska
Entrée au répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris le 24 mars 2016

Blake Works I
Musique - James Blake
Chorégraphie - William Forsythe
Costumes - Dorothée Merg  & William Forsythe
Lumières - Tanja Rühl & William Forsythe
Musique enregistrée
Entrée au répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris le 4 juillet 2016

The Seasons' canon

The Seasons' canon
Musique  - Max Richter (Recomposed : Antonio Vivaldi The Four Seasons)
Chorégraphie - Crystal Pite
Décors - Jay Gower Taylor
Costumes - Nancy Bryant
Lumières  - Tom Visser
Musique enregistrée
Création
Durée 35 mn

Sans titre, 2016
(Sans titre),  2016
Musique - Ari Benjamin Meyers
Chorégraphie - Tino Sehgal
Ingénieur du son - Thomas Lyn
Claviers, coordination musicale et technique - Stéphane Gasquet
Claviers - Jan Stümke
Batterie - Frantxoa Erreçaret
Percussions - Stanislas Grimbert
Basse guitare - Laurent Salzard
Guitare électrique - Olivier Rocabois
Violoncelle - Sabine Balasse
Saxophone baryton - Cyrille Méchin
Durée 15 mn


Saison 2016-2017

mardi 9 août 2016

Bye Bye 2015-2016


Saison 2015-2016

Gala d'ouverture de la saison
Clear, Loud, Bright, Forward  - Thème et variations - Le défilé du Ballet
Benjamin Millepied, George Balanchine
24 septembre 2015, Opéra Garnier
Review
Benjamin Millepied - Jerome Robbins - George Balanchine
Clear, Loud, Bright, Forward - Opus 19/ The Dreamer - Thème et variations
25 septembre-11 octobre 2015, Opéra Garnier
Review

Anne Teresa de Keersmaeker 
Bartók-Beethoven-Schönberg
Quatuor n°4 - Die Grosse Fuge - Verklärte Nacht
21 octobre - 8 novembre 2015, Opéra Garnier
Programme - Review

La Bayadère 
Rudolf Noureev
17 novembre - 31 décembre 2015, Opéra Bastille
Programme


Christopher Wheeldon/Wayne McGregor/Pina Bausch 
Polyphonia - Alea Sands - Le Sacre du printemps
Christopher Wheeldon - Wayne McGregor - Pina Bausch
3-31 décembre 2015, Opéra Garnier
Programme

Jérôme Bel - Benjamin Millepied - Jerome Robbins 
Tombe - La nuit s'achève - Les Variations Goldberg
5-20 février 2016, Opéra Garnier
Programme - Adieux Benjamin Pech


Iolanta - Casse-Noisette
Sidi Larbi Cherkaoui -  Édouard Lock - Arthur Pita
9 mars - 1er avril 2016, Opéra Garnier
Programme - Review


Roméo et Juliette
Rudolf Noureev
19 mars - 16 avril 2016, Opéra Bastille
Programme - Adieux Pascal Aubin

Alexeï Ratmansky - George Balanchine - Jerome Robbins - Justin Peck 
Seven Sonatas - Duo Concertant - Other Dances - In Creases
24 mars - 5 avril 2016, Opéra Garnier
Programme
Les Applaudissements ne se mangent pas 
Maguy Marin
25 avril - 3 mai 2016, Opéra Garnier
Programme

Le Parc,  Teatro dell'Opera di Roma
Angelin Preljocaj
5-11 mai 2016, Teatro Costanzi, Rome
Review - Vidéo promo
Giselle
Jean Coralli & Jules Perrot
27 mai - 13 juin 2016, Opéra Garnier
Programme - Première


Justin Peck - George Balanchine 
Entre chien et loup - Brahms-Schönberg Quartet
2-15 juillet 2016, Opéra Garnier
Programme - Adieux Myriam Kamionka


William Forsythe
Of Any if And - Approximate Sonata - Blake Works I
4-16 juillet 2016, Opéra Garnier
Programme

Œuvre de la saison 2015-2016
Le Jeune homme et la mort
Roland Petit
15-19 Juin 2016, Teatro Massimo, Palerme

samedi 6 août 2016

Œuvre de la saison 2015-2016


Le Jeune homme et la mort
Roland Petit
Teatro Massimo di Palermo
15-19 juin  2016


Le meilleur souvenir de la saison n'est pas à l’Opéra de Paris mais parisien tout de même, par son histoire, son cadre et ses danseurs, Eleonora Abbagnato et Stéphane Bullion. Les deux étoiles parisiennes, invitées une semaine en juin à l'opéra de Palerme pour une soirée en hommage à Roland Petit ont fait honneur au chorégraphe français et à son œuvre la plus emblématique.


Chef d’œuvre intemporel de Jean Cocteau et de Roland Petit, Le jeune homme et la mort, quinze minutes de danse virtuose, mais surtout de théâtralité expressionniste et d’émotions variées, déroule son drame sur une musique inspirée, la Passacaille de Jean-Sébastien Bach. L'opéra de Palerme avait donc transformé la grande scène du magnifique Teatro Massimo en atelier parisien, et mis son orchestre à la disposition du mimodrame existentialiste.



Eleonora Abbagnato et Stéphane Bullion, deux des derniers danseurs favoris de Roland Petit ont transporté le public avec maestria au cœur de cette histoire tragique.
Eleonora Abbagnato figure hiératique du destin, module avec saccade son intraitable dessein avec hauteur et mépris, ruse et violence. Elle est la mort faite femme, insidieux sujet et emblème de l’amour déçu d’un jeune homme devenu son jouet, sa proie et sa victime. Il y a chez elle, cette maîtrise du geste et des expressions qui en deviennent presque naturels malgré la grande théâtralité du propos.


A ses côtés, Stéphane Bullion continue d'explorer le rôle avec profondeur. Il déploie une infinité d’émotions avec poésie et justesse. Son Jeune homme sentimental est de chair et de fragilité. Il fait vivre son personnage au rythme de sa propre respiration. Son personnage évolue dans le monde du doute, de la peur à l’effroi, de la tristesse à l'espoir, de la sensualité à la violence du désespoir. Une narration en soi, pleine de nuances et de sincérité dont l'intensité fait office de fil directeur. Dans une révolte contre lui-même, entre abandon sensuel, jouissance sexuelle, fébrilité du doute et violence des sentiments, le désespoir l’emporte. La figure dramatique de la mort victorieuse clôt le ballet dans la poésie, avec la marche saisissante des deux protagonistes sur les toits éclairés d'une nuit de pleine lune parisienne.
Des interprètes exceptionnels pour un ballet parfait.



Le jeune homme et la mort
Chorégraphie - Roland Petit (1946)
Livret - Jean Cocteau
Musique - Jean Sébastien Bach Passacaille en do mineur BWV 582
Décors - Georges Wakhevitch
Costumes - Karinska et Christian Bérard
Orchestre du Teatro Massimo di Palermo
Direction - Alessandro Ferrari